Quels sont les frais de notaire (frais d’acquisition) ?

Les frais d’acquisition, à la charge de l’acquéreur, s’ajoutent au prix d’achat des biens immobiliers. On les appelle « frais notariés » « frais de notaire » car les notaires ont la charge de collecter un ensemble d’impôts payés à l’Etat : il ne s’agit pas donc seulement de la rémunération du notaire.  Globalement, il faut faudra prévoir environ 8% du prix de vente.

Les frais d’acquisition comprennent :

– les impôts et taxes (appelés droits d’enregistrement) liés à l’acquisition du bien et versés au Trésor public.

Ils reviennent, selon le cas, à l’Etat ou aux collectivités locales. Calculés selon la valeur du bien, leurs montants varient selon son lieu géographique.

– les frais et débours : Il s’agit des sommes acquittées par le notaire pour le compte de son client.

Ces frais et débours servent à rémunérer les différents intervenants en charge de produire les documents nécessaires au changement de propriété (conservateur des hypothèques, inscription des garanties hypothécaires, frais de publication de vente, document d’urbanisme, extrait du cadastre, géomètre expert, syndic, etc.).

– la rémunération du notaire proprement dite (appelée émoluments).

Fixée par un barème défini par décret, elle est proportionnelle au prix de vente du bien (elle représente environ 1,33 %). A cela s’ajoutent les émoluments de formalités qui correspondent à l’accomplissement de certaines démarches administratives (vérifications d’état civil, certificat d’urbanisme, copie de l’acte authentique de la vente, etc.).