Devenir propriétaire

Vous pouvez faire appel à une association type ADIL pour étudier votre projet et élaborer un diagnostic ou un plan de financement personnalisé. Ses conseils sont objectifs, gratuits et personnalisés pour devenir propriétaire en toute sécurité.

Connaître votre capacité d’emprunt

Vous pouvez évaluer votre capacité à emprunter en calculant tout d’abord vos ressources disponibles :

  • vos salaires et revenus nets, c’est-à-dire ce que vous percevez chaque mois ;
  • les éventuelles pensions ou rentes que vous touchez ;
  • les loyers d’un logement que vous avez mis en location.

Déduisez ensuite de cette somme, les éventuels montants que vous devez verser pour :

  • vos remboursements de crédits mobiliers en cours (voiture, appareils ménagers, meubles…) ;
  • des pensions alimentaires (divorce, ascendants ou descendants à charge).

L’outil de diagnostic de financement simplifié vous permet de calculer le budget que vous pouvez consacrer au financement de votre projet.

Estimer votre budget une fois propriétaire

Déduisez de vos ressources disponibles la totalité de ce que vous devrez payer :

  • les mensualités du prêt principal, des prêts complémentaires, des prêts sociaux, même de faible montant. N’oubliez pas les sommes prêtées par votre famille et il faudra aussi les rembourser ;
  • le coût des assurances liées à vos crédits (assurance décès-invalidité et assurance perte d’emploi souscrites par chacun des emprunteurs) ;
  • les frais de fonctionnement de votre nouveau logement (chauffage, charges de copropriété, entretien des espaces verts, taxes foncière et d’habitation…) qui pourront s’ajouter à vos dépenses quotidiennes (alimentation, scolarité des enfants, transports, loisirs…)

Pour plus de sécurité, vous pouvez choisir des prêts à taux fixes et à annuités constantes.
Si vous optez pour des prêts à taux variables, choisissez un contrat qui garantisse un plafonnement et vous permette de calculer votre mensualité plafond.

Dans certains lotissements comprenant des terrains et des équipements communs gérés par une association syndicale libre, vous participez aux charges annuelles d’entretien et de fonctionnement : renseignez-vous auprès du vendeur.

Penser aux frais supplémentaires de la première année

En plus des frais que vous payez au moment de l’achat du logement (frais d’acquisition dits « frais de notaire », de dossier de prêt…), prévoyez les dépenses nécessaires à votre déménagement, l’achat éventuel d’une seconde voiture, l’aménagement de votre logement…

Anticiper l’évolution de vos ressources

Vos futures ressources disponibles dépendront également d’éléments que vous pouvez en partie anticiper :

  • la progression de vos salaires (ancienneté, augmentations) ;
  • une éventuelle cessation d’activité pour faire une formation, élever des enfants en bas âge, pour suivre un conjoint en mobilité professionnelle, partir à  la retraite…,
  • une diminution possible ou même une suppression des aides au logement en fonction de l’évolution de votre situation familiale ;
  • d’éventuels futurs crédits à la consommation.

N’oubliez pas que les aides au logement [Aide personnalisée au logement (APL) ou Allocation logement (AL)] ne sont pas accordées automatiquement pendant toute la durée de vos remboursements. Ces aides, versées par la Caisse d’allocations familiales ou la Caisse de mutualité sociale agricole, sont révisées tous les ans au 1er janvier en fonction de vos ressources, de la nature de votre prêt, de la composition de votre famille et du nombre de personnes à charge.